La crise économique, une menace pour les objectifs du millénaire

dimanche 20 novembre 2011

Aux Etats-Unis, contre la crise économique mondiale grandissante, la chambre de congrès américain a voté un projet de loi d’une valeur de 789 milliards de dollars proposé par Barack Obama pour stimuler l’économie nationale. Cette décision permettra de sauver de milliers d’emplois et donner de l’espoir a de milliers de personnes qui l’avaient perdu suite a leur licenciement.

Si en Amérique Barack Obama se bat contre la crise et essaie de trouver du travail a des milliers de personnes, cela n’est pas le cas pour le reste du monde entier. En effet, cette crise économique a plongé plus de 53 millions de personnes dans la pauvreté. Le gros de cette population est localisé dans les pays en voie de développement comme le Burkina Faso, le Mali, Le Benin, la Cote d’Ivoire, etc. Or le Burkina comme les pays suscités sont engagés dans les objectifs du millénaire. De ce fait, cette crise économique constitue une sérieuse menace pour l’atteinte des objectifs de réduction de la pauvreté globalement convenus, a reconnu la Banque mondiale.

Pire, elle aura pour conséquence de rendre de plus en plus de gens pauvres et donc de faire naitre des personnes pauvres. Aussi la Banque mondiale estime que d’ici 2009, la crise économique obligera 46 millions d’individus à vivre avec moins de 1,25 dollars par jour. Cette nouvelle population de pauvres rejoindra donc les 130 à 155 millions vivants dans la pauvreté depuis en 2008 à cause de la flambée des prix des aliments et du carburant. Ces prévisions mettent en exergue la menace qui pèse sur l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement. Or ce dit programme a pour but de réduction de la pauvreté d’ici 2015. Outre cela, la baisse de la croissance économique aura un impact négatif dans la réduction de la mortalité infantile. La Banque mondiale estime que si la crise persiste environ 1,4 à 2,8 millions d’enfants mourront entre 2009 et 2015. Par conséquent, la crise économique mondiale deviendra une crise humaine dans plusieurs pays en voie de développement.

Le président la Banque mondiale Robert Zoellick estime qu’il est nécessaire de prendre mesures pour protéger les personnes vulnérables. Pour lui cette crise, « requiert une solution mondiale. Les besoins des pauvres populations dans les pays en voie de développement doivent se mettre sur la table ». 40% des 107 pays en voie de développement sont actuellement sont affaiblis et touches par la pauvreté résultant de la crise. Les 50% restant sont modérément touches et les 10% court un faible risque. Zoellick a appelé à la création d’un "Fonds de vulnérabilité" dans le cadre duquel chaque pays industrialise devra déposer 0,7% de son plan de relance économique devant combattre la crise.


Actualités Burkina-ntic

  • Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ? Voir l'integralité
  • Economie numérique : Bientôt un salon sur le commerce électronique Voir l'integralité
  • Astuces techniques du jour : comment modifier un fichier PDF en word Voir l'integralité
  • Université Ouaga 2 : Les meilleurs étudiants reçoivent des tablettes, dernière génération Voir l'integralité