La Société financière internationale inspecte ses projets au Faso

dimanche 20 novembre 2011

Au mois de février 2009 dernier, Rachel F. Robbins, vice-présidente et conseiller juridique de la Société financière internationale (IFC) a visité le Burkina Faso pour se rendre compte du bon fonctionnement des projets financés par sa structure et les difficultés rencontrées dans l’exécution desdits projets.
Selon la vice présidente, Rachel F. Robbins, la IFC, filiale du Groupe de la Banque mondiale, finance des projets du secteur privé dont le but est d’améliorer les conditions de vie des populations. Ainsi, l’agriculture, les activités génératrices de revenus, l’industrie bancaire et minière, la santé, etc. sont les quelques uns des domaines financés par la IFC.

Concernant les reformes engagées en vue d’améliorer le climat des affaires au Burkina dans le cadre du projet « Doing business », Rachel F. Robbins a soutenu qu’il ya « beaucoup de choses qui ont déjà été faites mais il reste encore des choses à faire et le gouvernement travaille pour l’amélioration de la condition des populations ». Les reformes entreprises par le gouvernement pour faciliter les investissements économiques a permis au Burkina dans le dernier rapport Doing Business lancé le 10 septembre 2008, d’être classé au 148e rang sur les 181 pays évalués, et au 6e rang des 10 meilleurs pays réformateurs au monde en matière d’amélioration du climat des affaires.

Les efforts du Burkina sont apparus dans les quatre domaines que sont la mise en place d’un guichet unique centralisant toutes les formalités de délivrance des permis de construire (CEFAC) : le nombre de procédures réduit de 32 à 15, les délais diminués de 226 à 214 jours et la baise des couts. La seconde amélioration est la réglementation du marché du travail avec un nouveau Code du travail assouplissant les règles d’embauche et de licenciement. Il y a également, le transfert de propriété avec de nouvelles mesures permettant de réduire le nombre de procédures de 8 à 6, la durée de 182 à 136 jours et le coût de 12,2% à 10% de la valeur de la propriété. Et enfin, le paiement des impôts : une réforme de la loi fiscale qui réduit le taux global des taxes de 4.3%.

Outre Doing business, la IFC a ouvert une ligne dans plusieurs structures bancaires de la place. Elle envisage également soutenir la Banque de l’Habitat, le projet de construction de l’aéroport de Ouagadougou.

Au cours de son séjour dans la capitale ouagalaise, la vice présidente, et conseiller juridique de la Société financière internationale (IFC) a été reçue par le Premier Ministre Tertius Zongo. L’audience a eu lieu ce 12 février 2009. Ensemble, ils ont évoqués les progrès du Faso dans le domaine économique, le reste du chemin à parcourir et le soutien de la IFC au Burkina Faso. L’un des objectifs de cette structure est de favoriser la croissance économique durable dans les pays en voie de développement. De ce fait, elle soutient l’émergence du secteur privé en mobilisant des capitaux privés et en délivrant un service d’appui conseil en vue d’atténuation les risques aussi bien pour les entreprises et les gouvernements. Le Burkina Faso est membre de IFC depuis 1975.


Actualités Burkina-ntic