Doing Business 2011:Le Burkina fait de petits progrès

mardi 20 mars 2012

Le rapport Doing business 2012 vient de paraître ce 20 octobre 2011. Au total, 125 sur les 183 économies étudiées dans le monde ont mis en œuvre 245 réformes soit 13% de plus qu’en 2010. Ces reformes sont destinées à faciliter la pratique des affaires en 2010-2011 et visent à renforcer les tribunaux, les régimes d’insolvabilité et la protection des investisseurs. Elles viennent à point nommé pour les petites et moyennes entreprises, qui sont les plus gros pourvoyeurs d’emplois.

Au cours des six dernières années, 163 économies ont assoupli leurs réglementations. Et parmi elles, ont peut citer la Chine, l’Inde et la Fédération de Russie. Toutefois, le pays le mieux classé est Singapour suivi par Hong Kong, la Chine, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis, et le Danemark. La République de Corée fait partie des top 10.

Concernant la facilité de faire des affaires, seulement 12 économies ont le plus accéléré les reformes et parmi elles ont peut mentionner le Maroc, la République de Moldova, l’ex-République yougoslave de Macédoine, Sao Tomé-et-Príncipe, la Lettonie, le Cap-Vert, la Sierra Leone, le Burundi, les îles Salomon, la République de Corée, l’Arménie et la Colombie.
De façon générale et concernant l’Afrique au sud du Sahara, 36 économies sur 46 ont amélioré leurs réglementations.

Par exemple, l’Afrique du Sud, la première puissance économique du continent, a facilité la création d’entreprise en éliminant l’obligation de réserver un nom de société. Elle a également simplifié les documents de constitution, a réduit le coût et les droits de transfert avec l’introduction des formulaires électroniques. Egalement, la réhabilitation des entreprises en difficulté financière se fait désormais à travers un processus de réorganisation. Grace à ces changements, le pays est classé pour 2012 au 35e rang. En 2011, il était au 36e.

Le Bénin, lui, a renforcé l’accès au crédit en appliquant les amendements aux Actes Uniformes de l’Ohada (Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique). Ces amendements permettent aux entrepreneurs, au moment de l’enregistrement de l’entreprise, de produire une déclaration sur l’honneur au lieu d’un extrait de casier judiciaire. Le classement Doing Business 2012 position le Benin au 175 rang mondial. En 2011, le Benin était 173.

La Côte d’Ivoire a facilité la création d’entreprise en réorganisant le greffe où les entrepreneurs déposent les documents de leur société. De plus, le pays a éliminé une taxe sur les entreprises : la contribution pour la reconstruction nationale. Tout comme le Benin, le pays a appliqué les principes prescrits par l’Ohada en ce qui concerne les actifs pouvant être utilisés. Ces reformes ont permis à la Cote d’Ivoire d’être classée en 2012, 167e. En 2011, il était 170.

Si bien de pays ont fait des progrès, le Ghana, lui a fait une régression et au niveau de l’augmentation du coût de la création de l’entreprise. Désormais cette augmentation de plus de 70 pour cent. Conséquence : ce changement rend plus difficile la création d’entreprise. Le pays se retrouve donc classé au 63e rang alors qu’en 2011, il était 60e.

Le Mali, en plus des amendements de l’Ohada a facilité la création d’entreprise en offrant des services supplémentaires au guichet unique. De ce fait, dans le classement de cette année, il est 146e. En 2011, il était 148. Au Niger, on a également appliqué certains amendements de l’Ohada. Toutefois, ce pays régresse d’un point et se classe 173 alors qu’en 2011, il était 172e.

Nigéria garde son rang de 2011 : 133e. Le Rwanda est l’un des pays qui a fait le plus grand progrès. Passant de la 50e place en 2011, il se classe 45e cette année. Ce bond de cinq place est dû au fait que le pays a facilité la création d’entreprise en réduisant les frais d’enregistrement. Il a également allégé le fardeau administratif du paiement des taxes et des impôts pour les entreprises. Ce paiement est dorénavant trimestriel au lieu d’être mensuel. Même le Rwanda a rendu plus simple le système d’information sur le crédit il a rendu plus onéreux le transfert de propriété.

De la 157e place en 2011, le Sénégal se classe cette année à la 154e. Il a œuvré à la création d’entreprise à travers l’accès au crédit en transposant les amendements aux Actes Uniformes de l’Ohada. Les entrepreneurs peuvent, au moment de l’enregistrement de l’entreprise, se contenter de produire une déclaration sur l’honneur au lieu d’un extrait de casier judiciaire. De plus, le Sénégal a réduit les coûts liés au commerce transfrontalier en ouvrant le marché du transport, ce qui a favorisé la mise en concurrence. Le pays a aussi amélioré l’exécution des contrats en mettant en place dans les tribunaux des chambres commerciales spécialisées.

Le Burkina Faso outre les Actes Uniformes de l’Ohada comme par exemple, la déclaration sur l’honneur, a rendu l’obtention des permis de construire moins onéreuse en réduisant les frais d’étude de sécurité incendie. Rang dans le classement Doing Business 2012 : 150e. Rang dans le classement Doing Business2011 : 151. Un petit progrès d’un point. Avec le chômage et surtout le désœuvrement d’une partie de la jeunesse diplômée, une accélération dans l’assouplissement des conditions de création d’entreprises réduira surement le chômage et boostera l’économie du pays.


Actualités Burkina-ntic