Trois mois pour fermer les chambres de passe

lundi 21 novembre 2011

Le maire de Ouagadougou, Simon Compaoré au cours d’une rencontre le 19 mars 2008 avec 150 tenanciers de chambres de passe et de bordels leur a demandé de fermer leur établissement avant un délai de trois mois. Il leur a rappelé à ces derniers qu’ils enfreignaient le Code pénal. En effet, ces articles dudit code interdisent et punissent l’ouverture et la gérance des chambres de passe.

Pour le maire de la vie de Ouagadougou, l’existence des maisons closes constitue une entorse aux bonnes mœurs, pire, des mineurs couverts par de faux liens de parenté sont exploités dans ces bordels. Aussi, juge t-il sa décision de fermeture irrévocable.


Actualités Burkina-ntic