Les organisations de la société civile se méconnaissent

lundi 21 novembre 2011

Près de 50% des acteurs de la société civile de Ouagadougou ignorent l’existence du code de conduite régissant la vie des Organisations de la société civile (OSC). De même, ces acteurs ne connaissent pas très bien tous les secteurs des organisations dans lesquelles ils militent. Ils ne comprennent pas bien leur rôle en tant que force sociale. Ce sont là, quelques uns des résultats issus de l’enquête " Indice de la société civile " effectuée par CIVICUS (Alliance mondiale pour la participation citoyenne) basée à Johannesburg en Afrique du Sud et dont le répondant au Burkina Faso est le Réseau des organisations de la société civile pour le développement (RESOCIDE). La mise en œuvre de l’indice a commencé au Burkina Faso en avril 2004. Elle a concerné les acteurs de la région du Centre (Ouagadougou). La restitution des résultats a eu lieu le 03 octobre dernier.

L’indice de la société civile a consisté à faire évaluer par les acteurs, eux-mêmes, les forces et faiblesses des OSC burkinabè. Cette évaluation de la société civile met à disposition des informations précises sur les caractéristiques de la société civile et sur ses besoins. Elle servira aux partenaires au développement, au moment d’apporter des appuis aux OSC. Ainsi, ces derniers peuvent envisager des activités de renforcement des capacités des acteurs sociaux. Le Coordinateur national du projet, Siaka Coulibaly, a justifié la réalisation de " l’Indice de la société civile " par le constat fait sur la faiblesse structurelle de la société civile nationale à assumer des fonctions sociétales.

CIVICUS définit la société civile comme étant "L’arène, en dehors de la famille, de l’Etat et du marché où les gens s’associent pour faire avancer des intérêts communs ". Dans cette arène, les gens s’associent à travers un vaste ensemble d’associations et d’organisations formelles ou informelles. Au Burkina Faso, pour les besoins de l’enquête, l’organisation de la société civile a été utilisée comme terme générique. L’utilisation de ce terme a permis d’inclure toutes les formes d’associations de personnes, représentées par des groupes et des intérêts divers. L’indice définit les membres de la société civile selon leur activité et fonction et non à partir de leurs caractéristiques sectorielles ou organisationnelles.


Actualités Burkina-ntic