La BAD soutient l’éducation scientifique de la CEDEAO

samedi 26 novembre 2011

L’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE), basé à Ouagadougou au Burkina Faso et l’Université africaine de sciences et technologie (AUST), basée à Abuja au Nigeria ont été identifiés par la Banque Africaine de Développement (BAD) comme des partenaires clés, à cet égard.

Développé à la demande de la Commission de la CEDEAO, le projet, tout en augmentant l’accès à une formation de qualité, permettra une plus grande synergie entre les institutions scientifiques et technologiques, ainsi que la mobilité des étudiants, des professeurs, et même des professionnels, dans les pays de la région.

Ce projet d’une valeur de 17,60 millions de dollars doit accroitre de l’offre d’ingénieurs qualifiés, des scientifiques et de chercheurs. Ce projet permettra aux étudiants, enseignants et chercheurs de proposer leurs services à travers les frontières, tandis que les résultats de la recherche seront utilisés au bénéfice des populations locales. En termes d’égalité entre les sexes, les efforts seront faits pour attirer et retenir les étudiantes dans les écoles.

Le projet aidera les 15 états (Benin, Burkina Faso, Mali, Ghana, Cote d’Ivoire, Cap vert, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Liberia, Niger, Nigeria, Togo, Sénégal, et la Serra Leone) membres de la CEDEAO à bénéficier de l’accroissement de l’offre d’ingénieurs qualifiés, des scientifiques et de chercheurs.


Actualités Burkina-ntic