Devenir milliardaire grâce a un gant d’arbitrage

dimanche 27 novembre 2011

Gant d’arbitrage, l’invention d’un jeune burkinabè. C’est en suivant le match Cameroun-Chili lors de la Coupe du monde 98, que Moctar Barry, étudiant en 2e année à l’Institut supérieur de l’image et du son, subjugué par le cafouillage et les pertes de temps pour l’attribution des cartons rouges ou jaunes sanctionnant les fautes des joueurs, a décidé d’inventer le gant à cartons. Le Barry’s Burkfa. Cette appellation est la combinaison de son nom de famille et des abréviations Burkina Faso.

Le Barry’s Burkfa est un gant élastique réellement matérialisé en 1999. Il est coupé au niveau des doigts et comporte deux poches, l’une sur la paume et l’autre sur le dos de la main. Chaque poche est dépliable. Chacune des poches contient deux cartons de même couleur. Au moment d’attribuer un carton, l’arbitre se doit de déplier l’une ou l’autre poche correspondant à la couleur rouge ou jaune. Ainsi, le joueur perçoit le carton de la sanction à partir de la paume de l’arbitre et les supporteurs à partir du dos du gant.

Le gant est également muni d’un stylo. Ce dernier permet à l’arbitre d’inscrire le numéro et le nom du joueur sanctionné. Ce gant est moins encombrant et fait gagner du temps en ce qui concerne son utilisation. "Ma création a pour objectif de faire gagner du temps aux arbitres de football dans l’attribution des cartons lors d’un match ", affirme Moctar Barry. De nos jours, dans le football, la tendance est à l’accélération du jeu et à la réduction des pertes de temps. Le gant conçu par Moctar permet donc aux arbitres de minimiser les arrêts de jeu lors attributions des différents cartons.

Pour l’heure au plan national, Moctar n’a pas encore eu de soutien ou de structures voulant l’aider à promouvoir son produit. La Fédération burkinabè de football, dans un courrier en date du 13 février 2006, félicite Moctar Barry pour son esprit de créativité et le remercie pour son intéressement à l’évolution de l’arbitrage en football. " Cependant, écrit la fédération, nous sommes au regret de vous informer qu’il nous est impossible de recevoir vos propositions car toute innovation doit passer par la FIFA d’une manière générale et à l’IFAB pour l’arbitrage en particulier ".

Le manque de sponsor ne décourage pas pour autant Moctar. " J’ai foi en mon idée, c’est pourquoi, j’ai investi ma petite bourse d’étudiant pour la réaliser ", soutient-il. Selon lui, Barry’s Burkfa est un produit qui est toujours perfectible.

En attendant d’avoir, un sponsor, Moctar a déclaré son invention à l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). Sa création, à défaut d’accrocher les investisseurs burkinabè, intéresse la firme Adidas. Et les négociations sont en bonne voie.

L’Afrique, vivier d’athlètes et d’éminents joueurs du monde est en marge du développement du sport, de l’économie mondiale et de l’entreprenariat individuel. Et Moctar veut relever ce défi en faisant partie de la catégorie des personnes qui mettent en exergue leurs idées pour vivre décemment.

L’ambition de Moctar Barry est d’être milliardaire à 30 ans comme Bill Gate, le fondateur et propriétaire de Microsoft ou les inventeurs de Yahoo ou Google. Ces jeunes ont créé des entreprises proposant des services accessibles dans le monde entier. L’accueil favorable et le soutien des Américains ont permis à ces jeunes hommes, auparavant, étudiants et sans le sou, d’être à trente ans milliardaires en dollars. Au Burkina, les gens qui inventent ont besoin d’être soutenus et encouragés afin de stimuler l’économie.


Actualités Burkina-ntic

  • Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ? Voir l'integralité
  • Economie numérique : Bientôt un salon sur le commerce électronique Voir l'integralité
  • Astuces techniques du jour : comment modifier un fichier PDF en word Voir l'integralité
  • Université Ouaga 2 : Les meilleurs étudiants reçoivent des tablettes, dernière génération Voir l'integralité