VIH : Nouvelles recommandations sur la prévention et le traitement

dimanche 27 novembre 2011

L’OMS vient de publier de nouvelles recommandations en ce qui concerne la prévention et le traitement du VIH.
L’organisation recommande désormais de commencer plus tôt le traitement antirétroviral chez l’adulte et l’adolescent, d’administrer des antirétroviraux (ARV) plus faciles à prendre et mieux tolérés tout en les utilisant plus longtemps.

Selon l’OMS, cette directive permettra de réduire le risque de transmission du VIH de la mère à l’enfant.
Pour la première fois, l’OMS recommande que les mères VIH-positives ou leurs enfants prennent des ARV pendant l’allaitement pour éviter la transmission du VIH.

Comme l’a souligné le Dr Hiroki Nakatami, Sous-Directeur général de l’OMS chargé du VIH/sida, de la tuberculose, du paludisme et des maladies tropicales négligées, "ces nouvelles recommandations sont fondées sur les dernières données disponibles ; leur adoption généralisée permettra à de nombreuses personnes dans des zones à forte charge de morbidité de vivre plus longtemps et en meilleure santé."

On estime à 33,4 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH/sida et à 2,7 millions celui des nouvelles infections annuelles. Le VIH/sida est la première cause de mortalité dans le monde chez les femmes en âge de procréer.

En 2006, l’OMS avait recommandé que tous les patients commencent un traitement antirétroviral quand le nombre de leurs CD4 tombait en dessous de 200 cellules/mm3, moment où apparaissent les symptômes de la maladie. Depuis, des études et des essais ont clairement démontré qu’en commençant le traitement plus tôt, on réduit le taux de morbidité et de mortalité. L’OMS recommande donc de commencer le traitement à un seuil de CD4 plus élevé, à savoir 350 cellules/mm3 chez tous les VIH-positifs, y compris les femmes enceintes, qu’ils soient ou non symptomatiques.

L’OMS recommande aux pays de mettre progressivement fin à l’utilisation de la stavudine, ou d4T, en raison de ses effets secondaires irréversibles à long terme. La stavudine est encore largement utilisée dans les pays en développement. Le produit recommandé est la zidovudine (AZT) ou le ténofovir (TDF), moins toxiques et tout aussi efficaces.

En 2006, l’OMS avait recommandé de fournir des ARV aux femmes enceintes VIH-positives dès la 28 semaine de la grossesse pour éviter la transmission mère-enfant. Depuis, plusieurs essais cliniques ont démontré l’efficacité de cette mesure. En 2009, les nouvelles recommandations veulent promouvoir l’utilisation des ARV à un stade plus précoce de la grossesse, à partir de la 14e semaine et jusqu’à la fin de la période de l’allaitement.

Selon, l’OMS la mère peut allaiter son enfant jusqu’à l’âge d’un an, à condition qu’elle et son enfant soient sous ARV pendant cette période.
Pour Daisy Mafubelu, Sous-Directeur général de l’OMS chargé de la santé familiale et communautaire, " avec ces nouvelles recommandations, nous envoyons un message clair indiquant que, si l’accès aux ARV existe, l’allaitement maternel est une bonne option pour chaque enfant, même lorsque la mère est VIH-positive."


Actualités Burkina-ntic

  • Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ? Voir l'integralité
  • Economie numérique : Bientôt un salon sur le commerce électronique Voir l'integralité
  • Astuces techniques du jour : comment modifier un fichier PDF en word Voir l'integralité
  • Université Ouaga 2 : Les meilleurs étudiants reçoivent des tablettes, dernière génération Voir l'integralité