Je blogue, donc je suis…

lundi 28 novembre 2011

(http://blog.ramata.info/)] Et en tant qu’internaute, je n’ai pas de pays car le Net est mon pays.

Cette affirmation m’amène à vous parler de ce que le bloging a engendré entre l’internaute et moi, moi en tant que journaliste car j’existe sur le Net en grande partie grâce à cette profession mais aussi en tant que citoyenne du monde.

[Je blogue, donc je suis…|(http://blog.ramata.info/)] Et en tant qu’internaute, je n’ai pas de pays car le Net est mon pays.

Cette affirmation m’amène à vous parler de ce que le bloging a engendré entre l’internaute et moi, moi en tant que journaliste car j’existe sur le Net en grande partie grâce à cette profession mais aussi en tant que citoyenne du monde.

Je blogue pour user de la liberté d’expression. Je blogue pour échapper à la ‘’censure’’ parce que dans mon journal, un bimensuel, je n’aurais pas pu de façon continuelle discuter sur un sujet donné à cause de l’espace, de l’actualité chaude qui supplante toujours celle froide.

Le blog par contre, lui, est un espace illimité qui me permet de réagir immédiatement sur un fait, d’en discuter à l’infini et d’évoquer divers types de sujets.

Le bloging pour moi, c’est donner de soi à des gens qui ne vous connaissent ni d’Adam ni d’Eve à travers donc des productions virtuelles.

Et que l’on le veuille ou pas, dans toutes productions, on y met beaucoup de soi. On y laisse sa personnalité.

Mais pour donner et montrer cette personnalité, pour exister sur le Net, il faut du temps et beaucoup de temps. Le bloging est donc pour moi, chronophage.

Je reçois parfois des emails de personnes me demandant comment j’arrive à concilier mon travail de journaliste et le fait de publier régulièrement sur le blog.

Pour y parvenir, ma méthode de travail est très simple : je n’ai pas d’organisation particulière. Je publie selon l’actualité et je raconte des faits vécus.

Je blogue, donc je suis, dirai-je, par le feedback des lecteurs. Leurs réactions me poussent à fouiller pour appréhender plus profondément les contours d’une problématique.

Je blogue parce que les internautes sont. Aussi, j’essaie d’écrire régulièrement pour les fidéliser car le virtuel a peur du vide tout comme la réalité. Je pense donc que les internautes ont besoin de sentir ma présence afin que je sois réellement sur le Net.

Je blogue donc je suis. Pas forcement. Je blogue parce que les internautes me confortent dans ce que je suis, dans ce que je fais...

Et mon téléphone portable devient camera qui traque l’Humain et le rat. Et Mon blog devient télévision, journal, radio où le public s’abreuve.
Je reçois d’innombrable emails de personnes demandant à ce que je les inscrive sur ma newsletter afin qu’ils puissent recevoir à chaque nouvelle publication les infos. Là, je parlerai de séduction dans le sens d’attirer l’attention à travers les idées, une façon d’écrire qui plait.

A force d’intervenir sur le blog, le lecteur me devient familier à travers ses différents billets.

Pour moi, ce mode de communication abolit un certain nombre de barrières. Je discute avec des personnes à qui je n’aurais probablement pas accordé un regard ou d’importance dans la vie de tous les jours. Le blog reflète donc un nouveau concept des rapports humains.

Etre citoyenne du monde implique de dire ce que je pense d’une situation sur mon blog. Aussi, au delà de donner l’information je donne mon avis, cela permet de relancer le débat. Je réponds quelques fois aux commentaires des internautes pour entretenir la discussion. Car bloguer pour moi, c’est avant tout, mener une réflexion.

Je blogue, donc je réfléchis… mieux, sur le blog, je pense donc je nuis. En 2005, lors d’une conférence au Centre culturelle français de Ouagadougou, un ancien ministre de la période révolutionnaire a affirmé avoir démissionné sous la révolution et que Sankara n’a pas fait la Révolution. Dans mes recherches aucune source ne m’a permis d’étayer cette déclaration. L’auteur de l’affirmation n’a pas pu fournir de documents ou de faits soutenant ses propos.

Aussi, cet incident a été l’un des premiers posts que j’ai inscrit sur mon [premier blog |http://ramses1.blog4ever.com] afin que toute personne pouvant apporter un témoignage le fasse. L’ancien ministre, sur mon blog, a essayé de se défendre sans apporter de preuve par rapport à ce qu’il a avancé. Il a simplement soutenu que je voulais lui nuire. Pourtant mon seul but était de donner la bonne information.

Le bloging est l’extension de mon journal. Je l’utilise pour toucher, faire sentir, faire voir, faire entendre les pulsations du monde.

Je blogue pour informer. Je blogue pour dire. Je blogue pour titiller. Et mon clavier clique à l’unisson avec les pulsations de ce monde. Et mon blog présente son histoire douce et immonde. Et ce parce que je suis simplement citoyenne du monde.


Actualités Burkina-ntic