Les média-mensonges sur la Libye continue

mardi 29 novembre 2011

« Si un événement arrive par hasard, vous pouvez être sûr qu’il a été programmé pour se dérouler ainsi » a affirmé Franklin Delanoë Roosevelt, ancien président américain.
Cette situation a toute sa signification dans les événements qui se déroulent en Libye.

En mars dernier, Kadhafi, avec l’aide de la France, de la Grande Bretagne et des Etats Unis, a été forcé d’abandonner son régime. Le mensonge utilisé et repris en boucle par les medias occidentaux que sont entre autres RFI, CNN, BBC et malheureusement par bon nombre de médias africains a été que Kadhafi a tiré sur son peuple. Or aucune preuve jusqu’à présent n’a sous-tendu cette affirmation. Aucune image de cadavres n’a été présentée. Cette situation rappelle bien ce qui s’est passé en Iraq dans les années 2000 lorsque Saddam pendu jusqu’à ce que sa tête se détache de son corps, avait été faussement accusé par les Etats-Unis d’avoir tuer une partie de sa population et de posséder des armes de destructions massives or il n’en était rien.

Lorsque le CNT, les enfants chéris des puissances alliées, se sont attaqués aux civils dont le seul crime est d’avoir la peau noire, l’Occident et son armada médiatique ont présenté cela comme des « bavures » en montrant, sûrement, qu’une infime partie de ce carnage. Et sous le sceau de la protection des citoyens libyens qui en fait n’était que prétexte pour prendre possession des ressources énergétiques du pays - 35% des concessions pétrolier libyen par exemple reviendront à la France en échange de son engagement militaire, est en absolue contradiction avec le principe fondateur de la Charte des Nations Unies qui prône la souveraineté et l’égalité en droit de chaque Etat. Avec l’intervention occidentale, on assiste à une banalisation et une légitimation de cette ingérence.

Dans la liste des mensonges égrenés pour diaboliser Kadhafi apparaissent ces histoires de fausses communes ou de charniers humains.
Un trou avec quelques os d’animaux trouvé à Abu Salim sur les côtes de Tripoli se transforme sous les cameras et la plus d’un grand nombre de medias occidentaux en fosse commune avec près de 2000 corps. Le CNT fasse à ce gros mensonge finit par reconnaitre que les os retrouvés sont trop grands pour être ceux d’être humains. Ce démenti ne change rien. Les medias occidentaux continuent à déverser et entretenir le mensonge. Les médias africains et cela est bien dommage, reprennent en boucle cette facétie. En guerre, tout moyen s’avère nécessaire pour discréditer et diaboliser l’ennemi et l’occident s’en sert à cœur joie.


Actualités Burkina-ntic