Gaoua et ses filles à têtes rasées

vendredi 30 décembre 2011

A Gaoua, elles sont de plus en plus nombreuses celles dont le crâne refuse de porter des mèches ou tissages. Choix délibéré ou circonstance obligeante ? Lougué Hamadou, un habitant de Gaoua explique cela par le fait que la jeunes fille gaoulaise lorsqu’elle n’est pas mariée est considéré comme l’égale du garçon. C’est aussi un signe pour autoriser les garçons à leur faire la cour en constatant leurs têtes rasées. Quelques uns nourrissent l’argument de la propreté recherchée par ces filles pour justifier cet acte.

Outre cela, dans la région de Gaoua, le fossé souvent est grand entre les plus nantis et les moins. Dans les familles dont le revenu est faible, les filles par peur de manquer de moyens pour entretenir leurs cheveux en se coiffant avec des mèches préfèrent les couper à rat pour mieux les entretenir. Hien Amélie, une commerçante, affirme que n’ayant pas de véhicule pour transporter ses marchandises au marché, elle préfère avoir la tête rasée et porter son panier sur la tête.

La coutume expliquerait en partie ce phénomène des têtes rasées. En effet, chez les Dagara, raser ces cheveux est un signe de deuil. Lorsque l’on perd un mari, un enfant ou une femme que l’on a obligation de se couper les cheveux. Il ya également que les femmes se rasent la tête lorsqu’elles rendent visite pour la première fois à leur belle-famille. Cela a lieu lorsqu’elles vont y présenter leur premier enfant.


Actualités Burkina-ntic

  • Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ? Voir l'integralité
  • Economie numérique : Bientôt un salon sur le commerce électronique Voir l'integralité
  • Astuces techniques du jour : comment modifier un fichier PDF en word Voir l'integralité
  • Université Ouaga 2 : Les meilleurs étudiants reçoivent des tablettes, dernière génération Voir l'integralité