Nouvelle année, nouveau dirigeant en Corée du nord

vendredi 30 décembre 2011

Kim Jong-un, 27 ans, Général de l’Armée populaire, succède à son père Kim Jong-Il mort de crise cardiaque le 17 décembre dernier. Des l’annonce de son décès, plusieurs milliers de Nord-Coréens ont défilé dans la capitale pour lui rendre hommage. Les autorités ont décrété un deuil national qui durera du 17 au 29 décembre.

Les funérailles de Kim Jong-Il qui a dirigé la Corée du nord depuis 1994 à la mort de Kim Il-Sung, son père et fondateur du régime, sont pour le 28 décembre à Pyongyang. Né le 16 février 1942, Kim Jong-Il succède à son père en 1980 et mais prend officiellement le pouvoir en 1994 après la mort de ce dernier.

Kim Jong-Il durant sa vie politique avait l’art d’irriter les Occidentaux avec ses programmes nucléaires, toute comme ses actions politiques qui contrecarraient leurs ambitions impérialistes.
D’ailleurs, sa mort a mis la sous région asiatique en branle-bas. Le gouvernement sud-coréen a été placé en état d’alerte. La Corée du nord et du sud depuis l’armistice signé à l’issue de la guerre de Corée (1950-1953) se regardent en chien de faïence. Et les Etats-Unis, alliés de la Corée du Sud, disent surveiller la situation : « nous sommes en contact étroit avec nos alliés en Corée du Sud et au Japon. Nous restons engagés à la stabilité dans la péninsule coréenne, et à la liberté et la sécurité de nos alliés », a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

Le gouvernement sud-coréen a placé son armée en état d’alerte : Il a également renforcé la surveillance de sa frontière déjà ultra-sécurisée avec la Corée du Nord. D’ailleurs, Séoul a encore demandé à son allié américain qui a déjà 28 500 soldats stationnés sur son sol, d’accroître la surveillance par satellites et par avions. D’ailleurs, le président américain, Barack Obama, à l’annonce du décès, « a réaffirmé la force de l’engagement des Etats-Unis à assurer la stabilité de la péninsule coréenne » et surtout la sécurité de son proche allié, la République coréenne.

Puissance nucléaire, la Corée du Nord durant les 17 années de pouvoir de Kim Jong-il, a développé un programme d’armement nucléaire. En 2006 et 2009, elle a testé l’une ses productions nucléaires. Ce qui bien sûr a fait peur aux Etats-Unis et à ses alliés asiatiques qui depuis lors considèrent la Corée du Nord comme menace. Et cette peur est allée grandissante surtout qu’en 2010, la Corée du Nord a informé le reste du monde d’un programme d’enrichissement d’uranium devant renforcer ses capacités en matière d’acquisition d’arme atomique. Face à cette attitude, la Maison Blanche a appelé Pyongyang à respecter à la « dénucléarisation », mais sans résultats. Deux jours après la mort de Kim Jung-il, la Corée du Nord a procédé à un essai de routine.

D’ailleurs, la mort de Kim Jung-Il survient alors que Washington et Pyongyang avaient relancé des consultations ces derniers mois au sujet du nucléaire. Avec sa mort, Alain Juppé, le ministre français des Affaires étrangères, espère que la Corée du Nord renoncera à son arme nucléaire et rejoindra comme « la communauté internationale. » Ce désir est également partagé par le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague.


Actualités Burkina-ntic

  • Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ? Voir l'integralité
  • Economie numérique : Bientôt un salon sur le commerce électronique Voir l'integralité
  • Astuces techniques du jour : comment modifier un fichier PDF en word Voir l'integralité
  • Université Ouaga 2 : Les meilleurs étudiants reçoivent des tablettes, dernière génération Voir l'integralité