Le CNT veut casser les pro-Kadhafi

mardi 1er mai 2012

Abdallah Sanoussi, l’ancien chef des renseignements de Kadhafi, est entre les mains des autorités mauritaniennes depuis le vendredi 19 mars dernier. Et la Lybie post-Khadafi veut qu’il soit extradé vers Tripoli. Elle l’accuse d’avoir « commis des crimes envers le peuple libyen », aussi, il doit répondre devant la justice libyenne.

Toutefois, le transfèrement de Sanoussi pose problème. La Mauritanie ne fait pas partie des pays signataires de la convention créant la Cour pénale internationale. De ce fait, et selon Brahim Ould Ebetty, avocat du barreau de Nouakchott, la Libye peut dans un cadre bilatéral ayant trait aux échanges de détenus ou présumés criminels demander l’extradition de Sanoussi. La Mauritanie peut également refuser d’extrader Sanoussi à la CPI. Toutefois, la CPI peut recourir à Interpol pour récupérer Sanoussi. Et la Mauritanie sera tenue de coopérer, car elle est membre d’Interpol.

Human Rights Watch, basée à New York, demande au Conseil national de transition de traiter « humainement » Abdallah Sanoussi.
Les autorités mauritaniennes ont arrêté l’ex- numéro 2 et chef de services des renseignements libyens, Abdoullah Senoussi à l’aéroport de Nouakchott.


Actualités Burkina-ntic

  • Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ? Voir l'integralité
  • Economie numérique : Bientôt un salon sur le commerce électronique Voir l'integralité
  • Astuces techniques du jour : comment modifier un fichier PDF en word Voir l'integralité
  • Université Ouaga 2 : Les meilleurs étudiants reçoivent des tablettes, dernière génération Voir l'integralité