Même l’Extrême droite n’ont pas voulu de Sarkozy

dimanche 13 mai 2012

Les 6,5 millions de personnes qui ont voté pour la néo-fasciste Marine Le Pen ont dit NON… NON à Nicolas Sarkozy (47%). Il avait besoin de leur voix pour battre Hollande (58%) au deuxième tour de la présidentielle de ce 6 mai 2012.

Durant la campagne du 2e tour, Sarkozy a voulu détourner l’attention de son bilan politique négatif. Et le populisme accentué sur le sentiment anti-immigré, antimusulman et sécuritaire a été son leitmotiv. De ce fait, pour lui, le néofascisme de Marine Lepen défend des valeurs républicaines françaises, donc les mêmes que les siennes.

Ainsi, le mardi 1er mai dernier, il avait dit que le Front national de Marine LePen était « compatible avec la République » française ; déclaration que certains responsables de l’UMP ont cherché à nier.
Ils ne veulent pas que leur parti l’Union pour un Mouvement populaire -UMP, un mouvement gaulliste soit confondu au fascisme ou au nazisme. Malgré cette inquiète, Sarkozy a insisté sur le fait que cette tactique lui permettrait d’attirer les électeurs de Marine Lepen.

Durant son mandant, Sarkozy implicitement avait promu cette pensée fasciste en interdisant la bourqua, en mettant à l’index les musulmans avec la viande halal, les questions de sécurité, et de réduire l’immigration de moitié or pendant ce temps les Français sous sa gouvernance vivent dans la précarité. D’ailleurs pendant, la campagne présidentielle, Sarkozy a demandé à ce que les licenciements massifs ne soient pas annoncés.

Quant à François Hollande, il veut accorder le droit de vote aux étrangers vivant depuis au moins 5 ans en France. Nicolas Sarkozy était favorable à ce vote des étrangers avant de changer d’avis.


Actualités Burkina-ntic