Blaise Compaoré : aimé ou pas aimé des Burkinabè ?

dimanche 3 juin 2012

C’est en septembre 2011 que l’institut Gallup basé à Zürich en Suisse, a effectué une enquête sur la popularité de 34 présidents africains. Toutefois, c’est le 25 avril dernier que les résultats ont été rendus publics. Et là, quelle surprise de voir que certains de nos présidents ont la côte ou ne l’ont pas.

D’abord la méthode de travail de l’institut. Il a recueilli les opinions de 1000 personnes dans chacun des 34 pays africains concernés. Les entretiens ont été faits soit face-à-face soit pas téléphone. Au niveau du Burkina Faso, c’est la méthode du face-à-face qui a été retenue. Et l’enquête a porté sur la façon dont les Burkinabè ou les autres ressortissants de pays africains apprécient leurs dirigeants.

Commençons d’abord par les moins aimés. Dans cette catégorie, la palme revient à l’Angolais José Eduardo dos Santos avec 32 ans passés au pouvoir. Il a obtenu 78% d’opinions négatives. Puis la médaille d’argent va à Abdoulaye Wade. Ce dernier, si à sa première élection en 2000, avait suscité l’espoir, en 2012, c’est le désespoir qui a poussé les Sénégalais à le mettre à la porte et cela par le biais des élections. Et pour avoir obtenu 70 % d’opinions négatives, cela montre que les Sénégalais étaient bien fâchés avec Wade.

Dans cette catégorie de malaimés, et avec 62% d’opinions négatives, vient Robert Mugabe du Zimbabwe, au pouvoir depuis 1980. Ensuite, se positionnent respectivement aux 4e, 5e, 6e places, l’ancien président du Malawi, Bigu wa Mutharika, le Premier ministre du royaume du Lesotho, Bethuel Pakalitha Mosisili, et Joseph Kabila du Congo RDC. Concernant Kabila, il a 46% d’opinions négatives. A 40 ans, Kabila s’est mis à dos une bonne partie de sa population. Sa réélection en novembre dernier a été entachée d’énormes irrégularités.

Dans son rapport, l’institut Gallup affirme que les avis sur les hommes au pouvoir ne sont pas forcément liés à la situation politico-économique du pays pas plus qu’à la durée de leurs mandants. Ce qui pourrait justifier le fait que Blaise Compaoré soit, dans ce sondage, plébiscité par une partie des Burkinabè.

Dans cette catégorie de dirigeants positivement appréciés, la première place va au Burundais Pierre Nkurunziza avec 89% d’opinions positives. Puis vient, le Béninois Yayi Boni avec 87%. Chacun des deux a passé 6 et 5 ans au pouvoir. Le Malien Amadou Toumani Touré obtient 86% d’avis positifs. ATT a été renversé par un coup d’Etat le 22 mars dernier, à trois mois seulement de la fin de son mandat. D’ailleurs, il avait dit qu’il ne briguerait pas un troisième mandat.

Toujours dans cette catégorie de présidents plébiscités, viennent François Bozizé de la Centrafrique, 84%, Mahamadou Issoufou du Niger, 82%, Goodluck Jonathan du Nigeria, 81%, Ian Khama du Botswana, 81%, Alpha Condé de la Guinée, 80%, Ali Bongo Ondimba du Gabon, 75%, Paul Biya du Cameroun, 73%. Et enfin, Blaise Compaoré du Burkina Faso. Il a obtenu 71% d’avis favorables.

Pourtant l’année 2011 a été une année fort mouvementée pour lui avec les différentes grèves et mutineries de sa garde rapprochée, des militaires, et de la population. Ce résultat de l’institut Gallup intrigue et surtout amène à se demander au niveau du Burkina Faso qui ont été les personnes interviewées ? Comment elles ont été sélectionnées ? Et enfin, ont-elles honnêtement et sincèrement répondu aux différentes questions ?


Actualités Burkina-ntic