Migrants économiques européens en Afrique : la réciprocité des lois doit s’appliquer

lundi 18 juin 2012

Qui l’aurait cru ? Certainement pas les Européens eux-mêmes. Et surtout pas l’ancien président français, Nicolas Sarkozy. Après sa défaite a l’élection présidentielle du 6 mai 2012, il s’est réfugié au Maroc pour un repos. Lui au moins, il est riche donc ne subit pas les affres de la crise économique qui poussent bon nombre d’Européens à l’exode. Or Sarkozy voulait l’Europe aux Européens et surtout la France aux Français.

La Grèce ne sait plus où donner de la tête. Le Portugal fait recours à l’Angola pour sauver son économie. Les Espagnoles deviennent refugiés économiques en Algérie. L’Europe déstabilisée par la crise économique voit donc ses filles et fils fuir. Bon nombre d’entreprises ont fait faillite ou licencié de nombreux emplois. Et ces derniers fuient vers l’Afrique. Et bien vers l’Afrique. Et plus les jours passent, plus ces Européens se ruent aux portes du continent africain pour trouver un avenir meilleur.

A la mi-avril de cette année 2012, les gardes-côtes algériens avaient appréhendé leur façade maritime ouest quatre jeunes Espagnols. Evidemment qu’ils étaient sans visas. Entassés sur une embarcation de fortune, ils ont confié à ces gardes-côtes qu’ils venaient en Algérie pour chercher de l’emploi.

Les Français font partie des premiers Européens avoir tenté leur chance sur le continent africain. En plus d’eux, il ya les Portugais. Eux, vont plutôt vers les pays lusophones. Et pour immigrer sur notre continent, ces Occidentaux utilisent tous les moyens illicites : faux visas ou passeports, manque de moyens de subsistances, outrage à l’autorité administrative. D’ailleurs à cet effet, le 2 février dernier, Luanda a expulsé une vingtaine de Portugais. Au total, en Angola et cela depuis juillet 2011, plus d’une quarantaine de Portugais ont été expulsés. Plus de 30 000 demandent chaque année un visa pour l’Angola. Et plus de 100 000 y vivent déjà. Quant à l’Observatoire portugais de l’Emigration, il affirme que les immigrants portugais en Angola avoisinaient déjà les 21 000 en 2003 et a atteint presque 100 000 en 2010.

Bientôt, le relais serait de l’envahissement du continent par les Occidentaux sera pris par les Français. Car après l’élection présidentielle du 6 mai dernier, les annonces de licenciements se multiplient et secouent divers secteurs. Pendant la campagne présidentielle, ces plans de licenciement avaient été maintenus secrets pour ne pas créer une révolution ouvrière. En cette année 2012, 106 usines ont déjà mis la clé sous le paillasson. Et le pire est à venir. L’usine d’Arcelor Mittal de Florange, dans la Moselle, supprimera 5 000 emplois tout comme Air France…


Actualités Burkina-ntic