L’Union Africaine est la somme des forces et des faibles de ses états membres

mercredi 11 février 2015

Ancien Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, depuis l’an dernier, ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, est pressenti pour être le prochain président de la Commission de l’Union africaine, selon les bruits de couloir au sein de l’institution panafricaine, UA. Il s’est entretenu avec Ramata SORE sur la crise politique qui a secoué le Burkina Faso l’an dernier.

Ramata SORE : Quel est votre sentiment sur le soulèvement qui a secoué le Burkina Faso au mois d’octobre dernier ?

Ramtane Lamamra : Les peuples sont souverains et nous ne pouvons que respecter la volonté de nos peuples. Néanmoins, il convient de se réjouir, de ce qu’il n’y ait pas eu d’effusion de sang dans cette situation récente et que les différents acteurs burkinabè se soient remis ensemble pour une transition courte, une transition consensuelle, une transition qui mènera avec l’aide de Dieu et la bonne volonté de tous à des élections et donc à la reprise du processus démocratique afin que les institutions constitutionnelles puissent être pourvues légitimement dans les délais impartis.

Comment expliquez-vous le quasi silence de l’Union Africaine sur les faits avant l’insurrection au niveau du Burkina Faso ?

Ramtane Lamamra : je ne sais pas s’il y’a lieu de parler de silence ou de discretion. Je crois que l’Union Africaine est la somme des forces et des faibles de ses états membres et lorsqu’un problème affecte l’un des Etats membres, il y’a comme un certain embarras, une certaine gêne à pouvoir s’exprimer publiquement, mais il reste qu’il y’a des textes référentiels au niveau de l’Union africaine qui portent sur l’approfondissement de la bonne gouvernance, de la démocratie et qui refusent également les changements anti-constitutionels du gouvernement

Maintenant, vous concernant, allez vous postuler pour le poste de Président de la Commission de l’Union africaine… ?

Ramtane Lamamra : mais ce poste n’est pas encore ouvert. Eclats de rires…

Mais, toute l’Union bruit de votre prochaine élection ?

Ramtane Lamamra : Pour l’instant, il aura des élections au Burkina Faso. Eclairs de rires. Il faut qu’elles soient couronnées de succès. Fin.


Actualités Burkina-ntic