Thomas ROMMEL

mercredi 11 février 2015

Bonjour, moi c’est Thomas Rommel.
Je crois que la globalisation a ses racines au niveau local. Sans ces racines fortes et vivantes, le globale ne vaut rien. C’est pourquoi j’adore les produits locaux parce qu’ils contribuent à la richesse globale.


Actualités Burkina-ntic