Coup d’Etat au Faso : la Patrie doit vaincre et definitivement

jeudi 17 septembre 2015

Et encore une fois, le Regiment de securite presidentielle (RSP) exprime sa peur en prenant en otage le president Michel Kafando et son premier ministre, Isaac Zida depuis ce 16 septembre 2015.

Pourtant, ces soldats qui se disent d’elites et pretendent affronter toutes situations avec serenite, montre qu’ils sont des terroristes de la Republique.
Sa manie de toujours prendre en otage le Conseil de ministres lorsqu’on evoque sa restructuration montre que le RSP est loin d’etre patriotique : aimer le Faso et vouloir son epanouissement. D’ailleurs cela est un secret de polichinelle vus les differents crimes de sang commis aussi bien au Faso que dans la sous-region ouest africaine.

Entre autres, a cause de cette nocivite, la Commission de la reconciliation nationale et des reformes, dans son rapport remis il y’a deux jours au gouvernement de transition preconise la « dissolution » et le « redeploiement » du RSP a d’autres missions, autres que celles d’assurer la securite presidentielle. Quelle pilule pour le RSP ? Amere, elle est. Elle a du mal a passer.

La reaction du RSP pourtant ne doit pas etonner car malgre la fuite diurne de Blaise Compaore chez ses beaux-parents en Cote d’Ivoire, Gilbert Diendere son homme de main a toujours eu pions sur rues au Faso. Pire, sur les cendres des Morts de la Revolution d’Octobre 2014, il a ose participe a differentes negociations sans que cela n’offusque grand-monde. Le roi Blaise tombe, mais ses sbires continuent de sevir et se plaisent a se pavaner a Ouagadougou sans que le gouvernement de transition ne prenne de decisions fortes et strictes contre eux malgre les crimes de sang et economiques commis. A qui la faute ? Et bien aux populations du Burkina Faso.
Les populations ont assure que plus rien ne serait comme avant, et pourtant, tout semble pire qu’avant. Et pourtant, le temps des coups d’Etat semble revenu. Et pourtant, le temps de la loi de celui qui a les armes a cours.

N’est-t-il pas enfin temps pour les populations indifferemment de leur appartenance politique a quelque trois semaines de la presidentielle et des legislatives du 11 octobre s de s’unir ? De S’unir pour defendre la patrie en danger ? De s’unir pour faire echec a cette prise d’otage de la Republique ? De s’unir pour que le Faso puisse exister et s’epanouir.
L’union dans la lutte pour la patrie est d’autant plus important que la victoire ou la defaite face au RSP denotera de la longevite et de la vigueur du prochain President, de la vigueur des populations a se realiser.

Si l’hydre n’est pas vaincu, il n’y aura point de repis pour le prochain President pas plus que pour les populations : une purge inhumaine va rappeler a chacun qu’il n’a point joue son role.

Avec la fois de trop, la Patrie doit vaincre et definitivement.


Actualités Burkina-ntic