Crise alimentaire, le Burkina doit redoubler d’efforts

samedi 19 novembre 2011

La production céréalière mondiale en 2009 selon la Fao sera inférieure au niveau record atteint en 2008. Cette baisse est du a la diminution des superficies ensemencées et aux conditions climatiques défavorables. Dans les pays à faible revenu et à déficit vivrier, les indicateurs de récolte céréalière début 2009 sont à la baisse affirme la FAO. Cette institution note un recul de la récolte de maïs en Afrique australe et une sécheresse préfigurant des récoltes de blé en régression en Asie. Néanmoins, la FAO y prévoit une évolution positive des cultures de riz. Sur la base des dernières estimations de la production céréalière de 2008, la FAO estime à 496 millions de tonnes le solde positif des stocks céréaliers mondiaux. Ce stock gonflera ceux attendus en 2009- 2010.

Selon la FAO, la situation de l’offre et la demande de céréales dans les pauvres comme le Burkina Faso, le Niger, la Guinée, la Cote d’Ivoire devrait s’améliorer, en raison de récoltes supérieures à la moyenne en 2008. Toutefois, la FAO note que bien que les cours mondiaux des céréales aient été en baisse vers 2008, les prix des denrées alimentaires sur les marchés intérieurs de ces pays en développement demeurent très élevés.

Cette situation réduit l’accès des populations à faible revenu aux denrées. Selon la FAO, en Afrique de l’Ouest et d’Afrique de l’Est, les prix des produits alimentaires ont nettement baissé depuis le début des récoltes en septembre/octobre 2008, mais en janvier 2009 ils étaient toujours au-dessus de leur niveau d’il y a un an. Concernant cette céréale, le Burkina Faso, grâce a une aide de 4 milliards de f CFA apportée par l’Etat en 2008 pour juguler les effets de la crise alimentaire mondiale, a relancé la filière riz local. Cette aide a donc permis, par exemple, a la valle du Kou dans l’Ouest du Burkina d’engranger un excédent céréalier de 6 000 tonnes de riz. Toutefois, cette aide est une goute d’eau dans la mer de crise qui continue de frapper la population burkinabè.

Le prix du sac de 50 kg de riz qui coutait en 2007, 12 000 f CFA est toujours vendu depuis vers octobre 2008 à 18 000 f CFA. Cette donne laisse voir que le Burkina doit redoubler d’effort afin que la condition de sa population change positivement. Dans la perspective de soulager la misère des populations, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies a lancé sa première opération de distribution de bons d’achat alimentaires en Afrique. Cette opération au Burkina Faso vise à aider environ 120.000 personnes à Ouagadougou, et 60 000 autres à Bobo-Dioulasso. Selon la Fao, des pénuries alimentaires persistent dans 32 pays en voie de développement.


Actualités Burkina-ntic

  • Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son bac. quelle filière est bien ? Voir l'integralité
  • Economie numérique : Bientôt un salon sur le commerce électronique Voir l'integralité
  • Astuces techniques du jour : comment modifier un fichier PDF en word Voir l'integralité
  • Université Ouaga 2 : Les meilleurs étudiants reçoivent des tablettes, dernière génération Voir l'integralité