Sarkozy, un fils d’immigré qui méprise ses frères Souvenez-vous !

samedi 19 novembre 2011

C’était en 1998. Thuram, Zidane, Dessailly, Deschamps : en remportant la Coupe du Monde de football, la France venait de remporter tout aussi brillamment la Coupe du Monde de la multi-culturalité et ethnicité. Les valeurs fondatrices de la "Grande France" s’imposaient à la planète entière. Black-Blanc-Beur : la France multicolore avait envahi les Champs Elysées. "Enfants de la Patrie, le jour de gloire est arrivé"… Dix ans après, Sarkozy de Nagy Bocsa accède au pouvoir et c’est le schisme : d’un coté les Français dits de souche multiséculaire ; et de l’autre ceux de seconde catégorie : les Français d’origine africaine, maghrébine, et les Roms, etc.

Fin du football, place au ring : les Blacks et les Beurs sont mis KO. Coïncidence troublante : avec la raclée prise en Afrique du Sud, lors du Mondial 2010, revient la haine de l’Autre, l’étranger. Les petits frères des Zidane sont maintenant devenus "faux Français", "délinquants déguisés" ou des "personnes n’aimant pas la France".
Si à Dakar, le 26 juillet 2007, Sarkozy de Nagy Bocsa avait affirmé que "l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire…", à Grenoble, le 30 juillet dernier, il a révélé son intention de séparer les mauvais Français des bons, exactement comme on sépare le blé de l’ivraie, dans un élan quasi biblique. Plus précisément, Sarkozy souhaite retirer à toute personne d’origine étrangère qui porterait atteinte à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de toute autre dépositaire de l’autorité publique sa nationalité française. Les Français pur teint peuvent toujours tuer les mêmes cibles, ça sera moins grave ?!

En réalité, Sarkozy de Nagy Bocsa dans un raccourci dont lui et ses apôtres ont le secret fait clairement savoir que tout Français d’origine étrangère est potentiellement un délinquant. Et mérite donc la sanction suprême. En grattant un peu plus, on se demanderait si Sarkozy n’a pas l’intention de rétablir l’esclavage et la traite négrière !

Ce qui gène surtout dans cette nouvelle politique de la France, c’est que son inspirateur en chef, Sarkozy lui-même est un fils d’immigré. D’où la colère, en toute rationalité, de nombre d’observateurs et d’artistes. Un chanteur populaire de mon pays, Zêdess, à travers son clip "un Hongroischez les Gaulois" sorti en 2006, d’apostropher assez sévèrement le Président français en ces termes "Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie ?" Il est évident que si Sarkozy Père avait connu une législation liberticide que celle que son fils veut mettre en place, il ne serait sans doute pas Français et n’aurait pas connu la carrière qui est la sienne.
Une sagesse du Burkina Faso dit : "que celui qui est couché sur le dos évite de projeter son crachat dans les airs". Ceci simplement pour signifier que certains des actes que nous posons peuvent nous revenir au visage comme un boomerang.

En attendant que 2012 décide de l’avenir de Sarkozy à la tête d’un pays qui a popularisé les valeurs humanistes de Fraternité, d’Egalité et de Liberté, nous nous réconfortons de la position prise par nombre d’autorités : l’Eglise catholique et le Vatican, le Parlement européen. C’est la preuve que Sarkozy s’est perduet que la France doit se réconcilier avec elle-même en se choisissant un homme ou une femme d’ailleurs qui vit avec les couleurs de la modernité !


Actualités Burkina-ntic