Blanchiment d’argent : Les structures juridiques encouragent la corruption

samedi 19 novembre 2011

Sociétés écrans et entités juridiques opaques dissimulent l’argent de la corruption. C’est le constat issu de l’étude “Des Manipulateurs de Marionnettes : Comment les Corrompus Utilisent les Structures Légales pour Cacher les Biens Mal Acquis et Que Faire contre ces Agissements.”

L’étude a été menée par l’initiative Stolen Asset Recovery (StAR). Dans le rapport publié début novembre, StAR affirme que dans le monde, plusieurs structures juridiques s’investissent à dissimuler les biens mal acquis par le biais de la corruption et autres activités illicites. 150 dossiers de corruption livrent le secret des fossoyeurs de l’éthique dans 33 pays.

Des fondations, des structures juridiques, et autres trusts servent d’écran de protection aux pots-de-vin et biens mal acquis. Les agents publics corrompus et leurs associés se servent des insuffisances juridiques et institutionnelles pour blanchir le fruit de leurs activités cupides. Dans ce magma d’opacité, il devient difficile de tracer l’origine et de procéder à l’indentification des propriétaires des biens mal acquis. Paradoxalement, ce sont ceux sensés traquer les corrompus, de les juger et de les condamner s’il ya lieu, qui les protègent en se jouant des lois.

“La transparence des structures juridiques doit redevenir une priorité nationale et internationale,” souhaite Emile van der Does de Willebois, responsable de l’équipe de recherche StAR. Pour lui, plus que jamais, il ya une urgence : il est important que les gouvernements renforcent la transparence en même temps que les services d’enquêtes.
Pour traquer ceux qui perpétuent la corruption, l’étude préconise que les registres de commerce collectent beaucoup plus d’informations sur les différentes structures, les activités et les propriétaires.

La StAR en partenariat avec le Groupe de la Banque Mondiale et l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime œuvre pour mettre fin au paradis fiscaux où se nichent les fonds provenant de la corruption. Elle œuvre également pour faciliter la restitution des biens mal acquis aux différents gouvernements. La lutte contre la corruption étant une action collective impliquant différentes structures, la StAR recommande que les décideurs politiques prennent des mesures nécessaires au renforcement de la transparence.


Actualités Burkina-ntic