Burkina Faso : Le Balai engage une pétition pour la liberté de la (...)

Cette pétition est partie de l’alerte publiée par Newton Ahmed Barry, Journaliste d’investigations pour informer l’opinion publique burkinabè et les organisations de défense des droits humains sur les menaces qui pèsent sur sa vie.
La Deutsche Welle a réalisé un clip sur le sujet. Cliquer sur Ecouter, pour en prendre connaissance.
Me concernant, je (...)

Hommes forts ou Grands hommes : Compaoré versus Diabré

Hommes forts ou Grands hommes ? De quel type de leaders le Faso a–t-il besoin pour se construire pour enfin se réaliser ?
Si pour le président du Faso, Blaise Compaoré, présent au sommet États-Unis–Afrique du 04 au 6 août 2014 à Washington, il faut des hommes forts, pour Zéphirin Diabré, Président de l’Union pour le progrès et le changement, UPC, il (...)

Ebola : Pourquoi un sérum non homologué aux malades ?

Pourquoi, faut-il donner du sérum expérimental non homologué aux malades ?
Dr. Halidou Tinton, Expert burkinabè en essais cliniques explique. Par ailleurs, Ange Gabriel Kambou, Journaliste indépendant au Burkina Faso donne un aperçu des actions des medias dans la lutte contre ce virus hémorragique. Cliqur sur le lien :Bonne (...)

Une pétition pour protéger Newton Ahmed Barry

Le 13 décembre 1998, le Burkina Faso a vu assassiner l’un des ses meilleurs journalistes, Norbert Zongo. Cet assassinat est advenu en dépit des nombreuses alertes concernant ce projet macabre, devant mettre fin à l’existence de cette belle plume éveilleuse de conscience qui mettait à nu les turpitudes éhontées du gouvernement, du monde économique, et (...)

Référendum au Faso : Blaise Compaoré a raison...

Blaise Compaoré a raison. Pour des institutions fortes, il faut évidemment des hommes forts.
Mais ce que le Capitaine Blaise Compaoré a oublié de dire aux médias américains et européens présents à ce sommet Etats-Unis – Afrique tenu du 04 au 6 aout 2014, à Washington, c’est pourquoi en 27 ans de pouvoir, lui Blaise, l’homme fort, n’a pas réussi à mettre (...)

Avec ce deuil national, chaque Burkinabè réfléchit à son (...)

En ce début de deuil national de quarante-huit heures, j’ai des doutes et je réfléchis à mon avenir, au Burkina Faso.
Aujourd’hui à 3h du matin, j’avais voulu écrire un poste sur les tragédies qui secouent mon cher Faso. Mais je n’ai pas pu. Je me suis sentie très mal et vide de mots. Mon corps était pris de tremblotes. Impossible de saisir mon (...)

Burkina Faso : Etre avec le Président Jerry Rawlings, pour exiger (...)

Avec l’assassinat du juge constitutionnel, Salifou Nebié, et cela après plus de 27 ans de pouvoir, le Burkina Faso que le président Blaise Compaoré dit émergeant ne dispose toujours pas d’un médecin légiste digne de ce nom.
Ce n’est pas moi qui le dit, mais le Procureur Wenceslas Ilboudo qui l’a affirmé ce samedi 31 mai 2014 à la TNB : "Nous attendons (...)

Affaire Norbert Zongo : La lutte va continuer au Faso

Après la décision ce 21 juin 2013 de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples d’étudier les aspects concernant les dédommagements des Ayants-droit de feu Norbert Zongo, Abdoulaye Nikiema alias Ablassé, Ernest Zongo, Blaise Ilboudo, Chrysogone Zougmoré, président du Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) affirme (...)

Scandal within the APRM, the Guilty Silence of South (...)

In this 21st century, many Africans are sure of one thing, the human resources, technological hardware, and expertise necessary for promoting development and reducing poverty exist in Africa.
Moreover, they believe that these resources are within the reach of the children of the continent. It is in this perspective that some African leaders (...)

Blaise Compaoré : The Silent President

After ruling Burkina Faso for 27 years President Blaise Compaoré very rarely addresses important local issues in the national media.
Pour le reste de l’article, cliquez ici : http://bit.ly/1frbMrS

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 240

Actualités Burkina-ntic